fbpx

Tableau de bord en cuir

Range Rover Evoque TD4 Dynamic

Garage Confidentiel vous propose ce Land Rover Range Rover Evoque 2.2 TD4 Dynamic, boite automatique 6 vitesse, 150 ch, de juin 2013 avec 110.900km

Le Range Rover Evoque est directement issu du concept-car LRX présenté en 2008 au salon de Détroit. Les lignes de l’Evoque sont tendues et dynamiques. Sa petite taille (4,36 m en coupé, 4,37m en 5 portes) lui donne aussi un côté trapu et costaud. L’avant assez imposant, la ligne de toit fuyante, les optiques effilées et les surfaces vitrées réduites à des meurtrières lui donnent au final un look qui mêle classe et dynamisme. L’aspect baroudeur est quant à lui assuré par des protections de bas de bouclier, de grosses jantes (19″) et des passages de roues bien marqués.

Et si à l’extérieur le charme opère, il en est de même à l’intérieur. Serait-ce l’effet « Victoria Beckham » ? Elle a en effet été désignée consultante pour le design intérieur de ce baby Range. L’histoire ne dit pas quelles sont les touches personnelles qu’elle a apportées mais en tout cas, l’habitacle de l’Evoque est on ne peut plus valorisant. Les matériaux employés sont tous de bonne facture (cuirs, plastiques, aluminium), les assemblages sont sans aucun reproche, tandis que le dessin est une fois encore classe, dynamique et ergonomique. Certains éléments, comme les éclairages intérieurs, ou encore la commande de boîte automatique sont repris de la marque sœur : Jaguar. Il y a pire comme référence…

Le plus petit des Land Rover (14 cm de moins qu’un Freelander) est donc aussi celui qui dégage le plus d’émotion. De quoi faire mal à ses rivaux du segment des SUV premium, en l’occurrence les Audi Q3/Q5 et les BMW X1/X3, qui paraissent bien différents en comparaison.

Audi R8 V8 4.2 FSI QUATTRO méca

Audi R8 V8 4.2 FSI QUATTRO 420cv boite méca

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Audi R8 V8 4.2 FSI QUATTRO de 420cv couplé à une boite mécanique de avril 2009 et comptabilisant seulement 37.000 km. Véhicule visible sur RDV.

Une silhouette basse (1.25m à peine de haut), courte (4.43m) mais surtout très large (plus d’1.90m) pour se poser massivement sur la route et offrir deux places généreuses aux occupants : l’Audi R8 en impose même à l’arrêt. Sa carrosserie en aluminium et magnésium abrite un châssis cage ASF (Audi Space Frame), un V8 de 420 chevaux (celui de la RS4) en position centrale arrière et la fameuse transmission Quattro. Avec 301 km/h en pointe et moins de 5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h, elle va faire trembler la concurrence tout en montrant une docilité et une facilité de pilotage stupéfiantes.

Regard froncé sur l’horizon, gueule béante et ouïes démesurées : à l’arrêt comme en mouvement, l’Audi R8 parait concentrée sur sa mission de sportive sans concession. Un somptueux trompe l’œil dans la mesure où dès les premiers kilomètres, le conducteur apprécie un comportement dépourvu de toute sauvagerie ou brutalité. Audi dont les racines sportives remontent aux fameuses Auto Union de l’entre deux guerres n’a pas raté son entrée dans le cercle très fermé des « supercars ».

L’espace dévolu aux occupants a été généreusement calculé pour y installer des sièges semi-baquet exemplaires à tous points de vue. Confortables et ergonomiques, ils assurent un excellent maintien latéral même à forte cadence et offrent une position de conduite parfaite. Malgré la présence du V8, Audi a pu ménager un espace de rangement à l’arrière y loger clubs de golf, un blouson, un attaché case ou deux petits sacs. Le coffre quant à lui, d’un volume de 100 dm3 se situe sous le capot avant.

Audi a respecté à la lettre les critères de la voiture de sport idéale. A savoir des voies larges (1.632m à l’avant et 1.595m à l’arrière), un empattement long (2.65m), une répartition avantageuse du poids (44% à l’avant et 56% à l’arrière), un V8, en position longitudinale centrale arrière et des pneus énormes (235/40 à l’avant et 285/35 à l’arrière) sur des jantes de 18 ou 19 pouces. Pneus développés spécifiquement par Pirelli. A cette architecture tout en équilibre s’ajoutent une coque ultra légère (277 kg), des structures en alu très rigides composées de 70% de profilés, 22% de tôles d’alu et 8% de pièces moulées, et bien entendu des suspensions triangulés double à l’avant et à l’arrière.

A travers la magnifique vitrine arrière de la R8, on peut admirer le magnifique V8 FSI. Puissance et couple sont identiques culminent respectivement à 420 chevaux et 430 Nm. Le graissage par carter sec a permis ici d’abaisser le centre de gravité au profit de l’agilité et de l’équilibre de la voiture. Le système d’injection directe FSI est associé à un concept de haut régime innovant poussant les sensations jusqu’à 8250 tours/m sans pour autant remettre en cause la souplesse et les reprises à très faible allure. Compact et léger, ce V8 s’expriment au travers d’une boite mécanique à 6 rapports.

L’Audi R8 frise le sans faute et montre que l’on peut concilier, le luxe, le confort et la sportivité. En somme une GT idéale. Cette version à boite mécanique saura satisfaire les puristes et balayer d’une main toutes les réticences liées à la boîte robotisée simple embrayage R-tronic, forcément moins performante, plus brutale que les nouvelles boites de vitesses à double embrayage et sept rapports S-Tronic.

Mercedes C 220 CDI Sportline AMG

Mercedes C 220 CDI Sportline 7g tronic AMG – 170cv

Garage Confidentiel vous propose ce magnifique Mercedes C220 CDI Sportline 7g tronic pack AMG comptabilisant 51.500km de 11/2014

La nouvelle Mercedes Classe C est une copie quasi conforme du vaisseau amiral Classe S… A une échelle évidemment inférieure, même si la génération W205 est aujourd’hui considérée comme un beau bébé. Jugez plutôt : 4,69 mètres de long pour 1,81 m de large. Soit 27 cm de plus que son ancêtre. Pourtant, à la voir sur la route des crêtes, cette nouvelle étoile séduit par sa finesse. Son coefficient aérodynamique de 0,24 fait référence dans sa catégorie.

Nous sommes aussi séduits par le soin apporté aux optiques, mais également par l’ajout de subtiles touches de chrome (sur les bas de caisse…) ou même par cette double sortie d’échappement. Equipé du pack AMG, ce modèle donne même une leçon de dynamisme à la CLA, pourtant davantage connotée « sport ». Comme souvent, Mercedes propose une ribambelle d’options pour améliorer l’esthétique de ses voitures, elle celle que nous vous proposons aujourd’hui est loin d’en être dépourvue…

L’essentiel des ventes de Mercedes Classe C se feront, en France, en versions 220 BlueTec. Cela tombe bien, qu’il s’agit notre monture. Pour son best-seller, Mercedes a apporté quelques modifications au 2,1 litres Diesel afin de le rendre moins gourmand. Le travail apporté au châssis, avec le recours à l’aluminium, a aussi permis de gagner une centaine de kilos. Donné pour 170 ch et 400 Nm, la C220 BlueTec affiche une belle aisance face au chronomètre (0 à 100 km/h en seulement 7,7 secondes), d’autant que sa masse (1,6 tonne) reste raisonnable. Les relances seront donc chose aisée et si la transmission automatique (revue) favorise clairement la douceur à la vigueur.

Que dire, sinon que cette nouvelle Classe C surclasse le modèle précédent. Plus réussie esthétiquement, elle gagne surtout en standing, à tel point que sa grande sœur Classe E a du souci à se faire…