fbpx

Feux Bi-xénon

Maserati Quattroporte V8 4.7 S 431ch

Maserati Quattroporte V8 4.7 S

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Maserati Quattroporte V8 4.7 S d’août 2008 comptabilisant 78.600 km.

La Maserati Quattroporte était pendant longtemps habillée chic à l’italienne, mais dotée d’une âme de sportive au caractère bien trempé.

Niveau design 

Au départ, on trouvait le crayon magique de Pininfarina (très rare chez Maserati) qui avait tracé les lignes d’une berline originale, mariant le sport et le luxe à merveille. Signe des temps, le (léger !) restyler de la robe de cette diva italienne adoptent les derniers tics à la mode : feux à diodes et boucliers plus enveloppants. Les plus perspicaces noteront la nouvelle calandre inspirée de la GranTurismo avec ses lamelles chromées verticales et non plus horizontales. Des détails nous direz-vous mais qui inscrivent la Maserati dans l’ère du temps et lui permettront certainement de continuer à faire bonne figure face à la (jeune) concurrence.

Ferrari sous le capot !

Il est vrai que cet espace réservé à « la salle des machines » n’est pas de trop, puisqu’il accueille une véritable pièce d’orfèvrerie : un V8 4.7 d’origine Ferrari, délivrant pas moins de 431 ch à 7.000 tr/mn. Pour évacuer les nombreuses calories que l’engin dégage, trois ouïes latérales sont creusées dans les flancs des ailes avant. La poupe évoque elle aussi les hautes performances en exhibant sans pudeur pas moins de quatre sorties d’échappement. Coincé entre ce mufle agressif et cet arrière plein de caractère prend place un vaste intérieur, qui lui n’a rien à envier aux meilleures limousines du moment.

Et l’intérieur ?

Outre une habitabilité étonnante, tant aux places avant qu’à l’arrière, cet intérieur affiche une finition remarquable, où se mêle tradition et modernité. Les connaisseurs reconnaîtront au centre de la planche de bord l’incontournable horloge de forme ovale, présente sur toutes les Maserati depuis de nombreuses générations. Quant au traitement de l’habitacle, il adopte les plus beaux matériaux, que ce soit le cuir pleine fleur pour la sellerie, l’alcantara pour le ciel de toit ou le bois précieux pour les nombreux inserts.

En quelques mots 

Comme le bon vin, plus les millésimes passent, plus la Quattroporte nous rappelle qu’elle est un grand cru. Alors que la concurrence tente les coupés 4 portes pour affirmer plus de sport marketing, la Maserati préfère ne pas y couper et être une vraie belle berline sportive. Plaisir de conduite sans édulcorant et V8 orchestrant la symphonie musicale appellent à l’essentiel de la passion et du plaisir des sens. Point besoin ici du dernier gadget à la mode, la Maserati se distingue par une vocation finalement devenue rare : le grand tourisme au sens noble du terme qu’il est possible de pratiquer en famille. Sacré réussite et une auto qui mérite d’être envisagée pour les acheteurs de grosses berlines à caractère sportif…

Ferrari F430 F1 V8 4.3l 490cv

Ferrari F430 F1 V8 4.3l 490cv

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Ferrari F430 F1 de janvier 2005 comptabilisant 23.900km.

Sans pudeur, exhibé sous une sorte de vitrine transparente, le V8 de 4,3 l donne le ton avec sa voix qui fait penser à un huit cylindres américain sous 2.900 t/mn. Au gré de la montée en régime, le son se métamorphose agréablement. Il devient guttural, de plus en plus méchant, de plus en plus mélodique pour chanter à 8.500 tr/mn comme un moteur de Formule 1. Chaque passage de tunnel devient alors une symphonie dont on ne peut se lasser. Ne serait-ce que par ses talents de musicienne, la belle a déjà gagné votre amitié.

Côté châsis, la F430 reprend la base en aluminium de la 360 Modena, avec le moteur implanté longitudinalement en position centrale arrière. Celui-ci, pourtant plus gros en cylindrée que l’ancien V8, est extrêmement compact et n’a pas entraîné de modification importante de son logement. Ayant tiré un trait sur les antiques châssis tubulaires, si cher à Enzo Ferrari, la Modena se distinguait par sa grande rigidité, sa relative légèreté et sa maniabilité, appréciables tant en ville que sur circuit. Réalisé par la société Américaine Alcoa, travaillant habituellement des alliages pour l’aéronautique, le châssis de la Ferrari F430 présente un gain en rigidité torsionnelle de 20% et de 8% en flexibilité malgré un poids inférieur de 10% à celui de la Modena. Ce gain de poids a permis, en outre, d’améliorer la résistance de 37% sur les chocs frontaux et de 105% sur les chocs arrières ! Comme en F1, la rigidité de la structure garantit un travail optimal des suspensions qui doivent, seules, absorber les mouvements et vibrations de la route.

L’amortissement piloté électroniquement et les suspensions triangulées sont également toujours de mise sur la nouvelle Ferrari. Le comportement exemplaire de la Modena se retrouver au volant de la F430 dont le potentiel dynamique a encore été augmenté. Les modifications aérodynamiques de la carrosserie et des bras de trains roulants apportent cependant un gain de 50% en matière d’appui, augmentant avec la vitesse. Une performance qu’il faut rapporter au fait que les proportions de la voiture restent globalement inchangées. La modena est un petit gabarit, idéal pour préserver une bonne vivacité et une bonne maniabilité.

L’ensemble est équilibré et offre une motricité rare de la part d’une telle sportive. Le commutateur en mode Race apporte un changement très rapide des vitesses et une intervention tardive de l’anti-dérapage. De quoi s’amuser sans penser à devoir trop contre-braquer pour récupérer les 1.520 kg de la belle. La direction est d’une rare précision et les « simples » disques d’acier offrent un freinage puissant et efficace. Quelle facilité! Cette Ferrari est vraiment une merveille à conduire. Avec de tels atouts, la F430 F1 Spider s’est affiché sans conteste comme un nec plus ultra parmi les V8 Ferrari lors de sa sortie.

La flamboyante Ferrari F430 incarne admirablement toute la passion du sport automobile à laquelle l’histoire de la marque a toujours été directement liée. Exploitant pleinement son patrimoine et ses succès en compétition, Ferrari propose au public une sorte d’Enzo en réduction, dotée de toutes les qualités de la supercar, sans en avoir la démesure et les inconvénients.