fbpx

Ecussons d'ailes

Ferrari F430 F1 V8 4.3l 490cv

Ferrari F430 F1 V8 4.3l 490cv

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Ferrari F430 F1 de janvier 2005 comptabilisant 23.900km.

Sans pudeur, exhibé sous une sorte de vitrine transparente, le V8 de 4,3 l donne le ton avec sa voix qui fait penser à un huit cylindres américain sous 2.900 t/mn. Au gré de la montée en régime, le son se métamorphose agréablement. Il devient guttural, de plus en plus méchant, de plus en plus mélodique pour chanter à 8.500 tr/mn comme un moteur de Formule 1. Chaque passage de tunnel devient alors une symphonie dont on ne peut se lasser. Ne serait-ce que par ses talents de musicienne, la belle a déjà gagné votre amitié.

Côté châsis, la F430 reprend la base en aluminium de la 360 Modena, avec le moteur implanté longitudinalement en position centrale arrière. Celui-ci, pourtant plus gros en cylindrée que l’ancien V8, est extrêmement compact et n’a pas entraîné de modification importante de son logement. Ayant tiré un trait sur les antiques châssis tubulaires, si cher à Enzo Ferrari, la Modena se distinguait par sa grande rigidité, sa relative légèreté et sa maniabilité, appréciables tant en ville que sur circuit. Réalisé par la société Américaine Alcoa, travaillant habituellement des alliages pour l’aéronautique, le châssis de la Ferrari F430 présente un gain en rigidité torsionnelle de 20% et de 8% en flexibilité malgré un poids inférieur de 10% à celui de la Modena. Ce gain de poids a permis, en outre, d’améliorer la résistance de 37% sur les chocs frontaux et de 105% sur les chocs arrières ! Comme en F1, la rigidité de la structure garantit un travail optimal des suspensions qui doivent, seules, absorber les mouvements et vibrations de la route.

L’amortissement piloté électroniquement et les suspensions triangulées sont également toujours de mise sur la nouvelle Ferrari. Le comportement exemplaire de la Modena se retrouver au volant de la F430 dont le potentiel dynamique a encore été augmenté. Les modifications aérodynamiques de la carrosserie et des bras de trains roulants apportent cependant un gain de 50% en matière d’appui, augmentant avec la vitesse. Une performance qu’il faut rapporter au fait que les proportions de la voiture restent globalement inchangées. La modena est un petit gabarit, idéal pour préserver une bonne vivacité et une bonne maniabilité.

L’ensemble est équilibré et offre une motricité rare de la part d’une telle sportive. Le commutateur en mode Race apporte un changement très rapide des vitesses et une intervention tardive de l’anti-dérapage. De quoi s’amuser sans penser à devoir trop contre-braquer pour récupérer les 1.520 kg de la belle. La direction est d’une rare précision et les « simples » disques d’acier offrent un freinage puissant et efficace. Quelle facilité! Cette Ferrari est vraiment une merveille à conduire. Avec de tels atouts, la F430 F1 Spider s’est affiché sans conteste comme un nec plus ultra parmi les V8 Ferrari lors de sa sortie.

La flamboyante Ferrari F430 incarne admirablement toute la passion du sport automobile à laquelle l’histoire de la marque a toujours été directement liée. Exploitant pleinement son patrimoine et ses succès en compétition, Ferrari propose au public une sorte d’Enzo en réduction, dotée de toutes les qualités de la supercar, sans en avoir la démesure et les inconvénients.

Ferrari 360 Modena Spider BVM

Ferrari F360 Modena Spider boite méca

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Ferrari F360 Modena Spider en version boite mécanique de juin 2002 comptabilisant 65.000km

FERRARI 360 Modena (2000 – 2004) – 8.500 ex produits, 2.600 ex produits en boite mécanique, très rare en bleu TDF.

L’appellation de la 360 Modena fut choisie en référence à la cylindrée du moteur et à la ville de naissance d’Enzo Ferrari. Pour cette version « cabriolet », il n’y a plus de distinction entre GTB et GTS comme c’était autrefois le cas, maintenant le Spider remplit le rôle du Targa. Pour y arriver, le système de décapsulage a été revu. Adieu les contraintes des précédents Spiders ! La capote, pour laquelle quatre teintes étaient disponibles, est électrique. Deux moteurs se chargent du décapotage automatique qui ne nécessite pas plus de 20 secondes pour s’exécuter. Ferrari perpétue même la tradition du moteur, en le logeant derrière une vitrine transparente. Quel bonheur !

Coté habitacle, de gros efforts furent déployés pour rendre la vie plus facile à ses deux occupants. Les défauts de l’habitacle de la F355 est à oublier avec ce nouvel habitacle qui mélange pourtant superbement aluminium et cuir Connolly… Niveau moteur, la Ferrari F355 marqua une importante avancée technologique avec le passage au Cinquevalvole qui fut ensuite transposé au V12 de la F50. Le V8 3.5 à quatre arbres à came en tête (deux par rangée de cylindres), dont le bloc et les culasses sont en aluminium et les bielles en titane, évolue pour devenir le Tipo F131B sur la 360 Modena. Il passe à 3586 cm3 grâce à l’allongement de la course de 2 mm, procédé facilité par le nouveau vilebrequin à cinq paliers et forgé avec trois aciers différents. Le V8 reçoit de nouvelles soupapes de plus gros diamètre et de nouvelles chambres de combustion. Ajoutez à cela une nouvelle gestion séparée des deux bancs de cylindres et vous obtenez la coquette puissance de 400 ch tous ronds. Un V8 civilisé ? Absolument pas si l’on considère le régime maximal de 8.500 trs/min et le regain de vitalité ressenti après 6.000 tours grâce au calage variable à l’échappement.

Sur la route, Ferrari privilégie toujours une répartition des masses sur l’essieu arrière. C’est déjà valable sur les voitures à moteur avant alors vous imaginez bien qu’avec le moteur en position centrale arrière, ça ne risque pas de changer. Dans un souci d’équilibre, l’ensemble boîte-pont est monté à l’avant sur la 360 Modena. C’est cette architecture qui fait que le différentiel à glissement limité est taré à 25% à l’accélération contre 45% à la décélération, limitant du même coup tout phénomène de louvoiement. Puisqu’il est question de la stabilité du freinage justement, sachez que des bras latéraux ont été spécialement ajoutés à cet effet. Les disques de 330 mm ne manquent pas de punch et répondent présents à la moindre de vos sollicitations. Il faut dire que le poids de la F355 était une des rares critiques faites à son encontre. Alors, pour bien faire, les italiens ont décidé de corriger le tir et d’introduire sur la 360 Modena un nouveau châssis en aluminium. L’économie de poids est un premier élément de satisfaction, avec 1390 kg à sec annoncés par Maranello, doublé d’une hausse de la rigidité de 20% en torsion et 25% en flexion. La performance fut de ne faire prendre à notre version Spider 360 Modena que 60 kg par rapport au coupé dont il dérive. On recense également des suspensions à roues indépendantes avec bras triangulaires transversaux oscillants et des barres stabilisatrices transversales. Pas de doute, la 360 Modena est faite pour être utilisable au quotidien comme en mode sport.

Certains Ferraristes puristes vous diront qu’elle est de loin la plus belle voiture du monde. Prétendre a la conduite sportive nécessite de maitriser un jour ce monstre de plaisir ! Un équilibre parfait, une sonorité atypique et unique, une couleur bleu TDF historique, et cette boite… Que dire de plus à part « précision », « plaisir » et « polyvalence » et « efficacité »! De quoi mettre tout le monde d’accord…