fbpx

Capteur de stationnement Avant / Arrière

Audi A5 Sportback V6 Quattro S Line

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Audi A5 Sportback Quattro S Line, V6 TDI 3.0 de 218cv, suréquipée, boite S Stronic 7, de février 2018 avec 45.900 km

Vous êtes amateur de nouvelles technologies ? L’A5 Sportback ne devrait pas vous décevoir sur ce point. Elle s’est mise à la page avec l’arrivée de nombreux équipements issus des derniers modèles de la marque. Ce modèle est équipé du tableau de bord digital « virtual cockpit », des phares Matrix LED et du régulateur de vitesse « intelligent » utilisant les données du GPS pour anticiper un virage ou une intersection afin de réduire la consommation. Mais aussi la conduite assistée dans les bouchons ou encore le système audio Bang&Olufsen à 19 HP.

La nouvelle Audi A5 Sportback évolue également plus profondément sur le fond. Reposant sur la récente plateforme MLB-Evo, elle s’avère plus convaincante à mener que sa devancière, notamment grâce à des trains avant et arrière à cinq bras revus et un amortissement plus efficace. Un progrès encore plus perceptible avec le châssis sport livré en série sur cette finition S line.

Malgré le basculement du marché, l’A5 continue en effet à se vendre en majorité en motorisation Diesel, y compris auprès des particuliers. Sous son capot, cette A5 embarque le tout dernier bloc V6 TDI 3.0 qui se montre bien plus performant et réactif que le 2.0 TDI 190 et offre une sonorité plus douce et des reprises plus franches. La transmission S tronic 7 a réalisé quelques progrès en matière de douceur et de rapidité des passages. Côté châssis, l’A5 mise sur la sportivité en finition S Line où le châssis sport et les jantes de 19 pouces rotors procurent une agilité réellement supérieure.

En conclusion, il n’y avait finalement rien à redire et cette nouvelle version qui nous a largement séduit. Performances, finition, attrait visuel, la recette semble toute bonnement adaptée au marché actuel et à vos besoins. Elle représente en somme la berline familiale par excellence.

Audi RS6 Avant 4.0 V8 Bi-Turbo

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Audi RS6 Avant 4.0 V8 BI-TURBO 560CV, Quattro, de décembre 2014 avec 64.700km

Avec une puissance de Porsche 911 Turbo S, l’Audi RS6 Avant enflamme le macadam ! Un véritable monstre déguisé en break familial… Sur le papier, les caractéristiques sont tonitruantes.

LE MOTEUR

La RS6, on l’a connue avec un fantasmagorique V10 biturbo de 580 chevaux ! Trop, c’est trop, se sont sans doute dits les Allemands. Délaissant cette mécanique tectonique, les ingénieurs sont revenus à quelque chose de plus raisonnable, à savoir un V8 biturbo de 4 litres ! Mais il fallait bien répondre du tac au tac aux BMW M5 et autres Mercedes E63 AMG : Audi a donc optimisé son moteur jusqu’à le faire cracher la même puissance que ses deux concurrentes : 560 chevaux !

LE LOOK

Avec ses ailes hypertrophiées, ses jupes latérales, ses entrées d’air béantes et ses deux pipeline qui lui servent de tuyères d’échappement, on se doute fort qu’il ne s’agit pas du gentil break 2.0 TDI de votre beau-père… Contrairement à la S6 qui joue plutôt sur une certaine finesse, la RS6 évoque clairement la brutalité de sa mécanique. Même avec cette teinte mat du plus bel effet.

L’HABITACLE

Dans l’habitacle, les sièges au maintien renforcé laissent augurer de belles parties de plaisir. Le compteur, lui, annonce la couleur : 320 km/h ! Et entre les logos RS6 et les inserts en carbone, on se doute bien que la chose n’est pas exactement prévue pour promener mémé en toute quiétude.  A ce titre, on soulignera la superbe qualité du cuir matelassé.

CONCLUSION

La RS6, c’est une machine de guerre pouvant donner le meilleur d’elle-même en toutes circonstances, en dépit d’une puissance effrayante. Un engin parfaitement exploitable au quotidien, car modulable, confortable, sûr et spacieux, mais également capable, à l’occasion, d’estomaquer quelques sportives égarées sur son chemin. Du beau travail…

Audi A5 Sportback S Line S Tronic 7

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Audi A5 Sportback S Line, TDI 190cv, suréquipée, boite S Stronic 7, de juillet 2017 avec 74.950 km

Vous êtes amateur de nouvelles technologies ? L’A5 Sportback ne devrait pas vous décevoir sur ce point. Elle s’est mise à la page avec l’arrivée de nombreux équipements issus des derniers modèles de la marque. Ce modèle est équipé du tableau de bord digital « virtual cockpit », des phares Matrix LED et du régulateur de vitesse « intelligent » utilisant les données du GPS pour anticiper un virage ou une intersection afin de réduire la consommation. Mais aussi la conduite assistée dans les bouchons ou encore le système audio Bang&Olufsen à 19 HP.

La nouvelle Audi A5 Sportback évolue également plus profondément sur le fond. Reposant sur la récente plateforme MLB-Evo, elle s’avère plus convaincante à mener que sa devancière, notamment grâce à des trains avant et arrière à cinq bras revus et un amortissement plus efficace. Un progrès encore plus perceptible avec le châssis sport livré en série sur cette finition S line.

Malgré le basculement du marché, l’A5 continue en effet à se vendre en majorité en motorisation Diesel, y compris auprès des particuliers. Sous son capot, cette A5 embarque le tout dernier bloc quatre cylindres 2.0 TDI du constructeur. Fidèle à lui-même, le TDI 190 se montre plus linéaire que le TDI 150 et offre une sonorité plus douce et des reprises plus franches. La transmission S tronic 7 a réalisé quelques progrès en matière de douceur et de rapidité des passages. Côté châssis, l’A5 mise sur la sportivité en finition S Line où le châssis sport et les jantes de 18 pouces  procurent une agilité réellement supérieure.

En conclusion, il n’y avait finalement rien à redire et cette nouvelle version qui nous a largement séduit. Performances, finition, attrait visuel, la recette semble toute bonnement adaptée au marché actuel et à vos besoins. Elle représente en somme la berline familiale par excellence.

Range Rover Supercharged V8 5.0

Land Rover Range Rover Supercharged Autobiography V8 5.0

Garage Confidentiel vous propose ce magnifique Land Rover Range Rover Supercharged V8 5.0 de juin 2013 comptabilisant 98.000 km.

Historiquement appelé Classic ou Vogue, le « grand » Range Rover ne s’affuble plus d’un nom de modèle depuis quelque temps. Logique, il est un peu seul dans son monde et avec son histoire, mais aussi sa réputation, il n’a pas besoin d’en dire plus pour imposer le respect. Dans un monde où les SUV de toutes tailles et de toutes marques pullulent, le Range Rover se classe dans une catégorie distincte où il n’a pas vraiment de concurrence.

Luxe, calme et volupté

Ce qui apparaît comme un inconvénient lorsqu’il faut garer l’engin ailleurs que dans les immenses parkings américains devient un avantage une fois que l’on a escaladé dans l’habitacle : c’est gigantesque là dedans ! La position de conduite très surélevée permet de voir loin et d’anticiper, la largeur aux coudes est hors normes, et le coffre dépasse les deux mètres cubes lorsque l’on a replié la banquette (opération entièrement électrique!).

Sa Majesté Range Rover

Forcément, une telle ambiance de salon anglais incite à adopter une conduite indolente. L’insonorisation très poussée, les suspensions ultra-confortables et l’infinie souplesse du V8 à compresseur se combinent pour faire du Range Rover un véritable cocon isolant totalement des agressions extérieures. Une décontraction que l’on retrouve en hors-piste, puisque les énormes débattements de la suspension pneumatique, le système Terrain Response de dernière génération (disposant même d’un mode « auto ») et les multiples blocages de différentiel se chargent de vous faciliter la tâche. Sable, boue, gués de 90 centimètres, le Range n’a peur de rien et semble inénarrable ! Seule la crainte d’abîmer la belle peinture ou les délicates jantes en alliage viendra refréner vos envies d’aventures. Le Range Rover est donc ultra-confortable et invincible en tout-terrain

Une étonnante efficacité routière

Plus sérieusement, la vraie surprise vient des capacités routières de cette version V8 Supercharged. Avec les 510 chevaux et 625 Nm fournis par le 5 litres à injection directe et compresseur, ce mastodonte se transforme en boulet de canon dès que le pied droit se fait un peu plus lourd. Jugez plutôt : le constructeur revendique un 0 à 100 km/h en 5,4 secondes, soit peu ou prou le chrono d’un coupé Nissan 370Z ! La vitesse maxi est quant à elle électroniquement bridée à 225 km/h, histoire de ne pas accumuler trop d’énergie cinétique sur Autobahn… Plus étonnant encore, le Range Rover ne se contente pas d’aller vite en ligne droite : il se débrouille également plutôt bien lorsque la route tourne ! Certes, il serait bien exagéré de parler d’agilité dans le cas d’un tout-terrain de 2,3 tonnes, mais une fois que l’on a bien inscrit le train avant dans la courbe, le Range n’élargit plus la trajectoire et parvient à contenir les mouvements de caisse grâce à sa compétente suspension pilotée. Mieux : cette dernière digère littéralement toutes les inégalités du bitume, donnant l’impression d’être installé sur un tapis volant. Une efficacité qui incite à hausser le rythme sur le réseau secondaire, d’autant que la position de conduite surélevée permet une meilleure lecture de la trajectoire idéale.

A retenir 

Énorme, ultra-confortable, puissant, performant, efficace en hors-piste et surprenant sur route, le Range Rover est un engin incroyablement attachant.

Maserati Ghibli 3.0l V6 S Q4

Garage Confidentiel vous propose cette magnifique Maserati Ghibli V6 S Q4, 3.0l 410cv / 550Nm, suréquipée, boite automatique ZF 8 vitesses, de décembre 2014 avec 42.500km

La Maserati Ghiblifut dévoilée au salon de Shanghai en 2013, quelques mois après que la Quattroporte VI l’ait été à Détroit. Les deux véhicules partagent d’ailleurs beaucoup de choses, à commencer par leur design assez proche. Restant tout juste sous la barre des 5 mètres de long, la Ghibli est tout de même 30 cm plus courte que sa grande sœur !

Esthétiquement, la face avant et les écopes sur les ailes avant sont typiques des Maserati modernes. La grille de calandre très prononcée est présentée comme une réminiscence de la Maserati A6 GCS des années 50 et c’est effectivement une belle inspiration. A l’arrière les galbes musclés des ailes donnent une sensation de puissance et de stabilité.

Autant le dire d’emblée, ce moteur n’a – presque – rien à voir avec le V6 Alfa Romeo de la Giulia Q qui cube, par ailleurs 2.9 litres contre 3 litres pour celui des Ghibli (que ce soient sur les variantes de 350 et 410 chevaux). En parallèle, le couple varie entre 500 et 550 Nm selon la déclinaison choisie. Ce six cylindres tout alu ouvert à 60° (contre 90° pour l’Alfa) est le premier chez Maserati dans cette configuration. Ce V6 de type supercarré, s’inscrit dans la plus pure tradition italienne qui est donc annoncée pour 410 chevaux et 550 Nm. Pour pimenter le tout, un effort a été fait sur la sonorité du moteur. En pressant le bouton de l’échappement, les clapets s’ouvrent provoquant un grognement fort sympathique (y compris au ralenti) que tout bon audiophile saura apprécier à sa juste valeur.

Pour la transmission, Maserati a fait les choses bien en allant s’équiper chez ZF qui fournissait déjà les boîtes autos sur Quattroporte V et GranTurismo, et même une partie des boîtes manuelles par le passé. Dernier bijou en date, la boîte ZF 8 vitesses (qui équipe notre Ghibli) fait partie de ce qui se fait de mieux sur le marché. La gestion est parfaite, les changements de rapport se font en un éclair et les palettes sont immenses.

Le comportement routier est surprenant, dans le bon sens, surtout après avoir lu beaucoup de critiques chez les confrères. Cela reste une longue et lourde berline (1.870 kg en Q4), on ne lui demande pas d’être une supercar mais elle n’en reste pas moins très bien équilibrée et le train avant est relativement précis. La précédente Quattroporte ne faisait pas mieux… Dans l’optique d’une utilisation quotidienne quelque soient les conditions météorologiques, Maserati s’est plié au dictat des quatre roues motrices, en simultané sur les Quattroporte et Ghibli pour la première fois. Baptisé Q4 comme chez Alfa Romeo, il s’agit en fait d’un système privilégiant la propulsion et ne répartissant le couple sur les quatre roues qu’en mauvaises conditions (sans dépasser les 50% au maximum vers l’avant).

L’intérieur de la Ghibli est toujours aussi beau et chaleureux, à l’inverse des habituels intérieurs austères des berlines allemandes. A relever que la qualité de finition est, en revanche, de plus en plus proche de ces concurrentes germaniques.